Sélectionner une page
TROUVEZ LA CLEF DES SONGES POUR TROUVER CELLE DU SUCCÈS.

TROUVEZ LA CLEF DES SONGES POUR TROUVER CELLE DU SUCCÈS.

Sleeping_angel

Un article du JDN de Jacquelyn Smith de Business Insider, traduit par Sylvie Ségui qui, sur le principe que le sommeil est la garantie d’une journée productive, vous donne de bon conseil pour dormir mieux et bien. Sur ce, bonne nuit à tous !

Les clés de la réussite passent d’abord par un bon sommeil. Voici quelques conseils pour bien s’endormir.
La toute dernière chose que vous faites avant d’aller au lit a tendance à avoir un impact important sur votre humeur et votre niveau d’énergie du lendemain car elle détermine souvent de la qualité et de la quantité de votre sommeil.

Les personnes qui réussissent comprennent que leur succès commence et se termine avec leur santé mentale et physique et qu’un bon sommeil dépend presque entièrement d’eux. C’est pourquoi, les habitudes du coucher sont un rituel clé pour beaucoup d’entre eux et leur toute dernière activité avant de s’endormir, c’est lire.

Laura Vanderkam, auteur du livre « What the Most Successful People Do Before Breakfast », affirme que la lecture est un moyen remarquable pour se détendre. « Cela permet à la fois de développer votre esprit et de vous relaxer ».

Bien sûr, chacun est différent et il n’y a pas une habitude établie qui garantira le succès d’un bon sommeil. Michael Woodward, docteur en psychologie organisationnelle et auteur de « The YOU Plan », déclare : « Il s’agit moins de vos activités que de votre état d’esprit. Ceci étant dit, il y a certainement des comportements qui peuvent aider ».

Voici, en neufs étapes, ce que font les personnes qui réussissent avant d’aller se coucher :

Quand certains se tiennent au courant des nouvelles de la journée, d’autres lisent des romans et de la philosophie antique

1. Lire. Les experts s’accordent sur le fait que la lecture est la toute dernière chose que font la plupart des personnes à succès avant d’aller dormir. Michael Kerr, conférencier en commerce international et auteur de « You Can’t Be Serious ! Putting Humor to Work », assure connaître de nombreux dirigeants qui se réservent du temps juste avant d’aller au lit pour lire, et qui vont jusqu’à le programmer sur leur agenda comme « un élément non négociable ». « Cela ne concerne pas uniquement la lecture en lien avec les affaires ou comme source d’inspiration. Beaucoup de personnes qui réussissent voient un intérêt à butiner les informations à partir de diverses sources et pensent que cela nourrit leur créativité et fait grandir leur passion. »

Ainsi, quand certains utilisent ce temps pour se tenir au courant des nouvelles de la journée, parcourent rapidement des blogs technologiques, Reddit ou Twitter, d’autres aiment lire des romans et de la philosophie antique juste avant d’aller au lit.

2. Méditer. Beaucoup de gens couronnés de succès font de la méditation pendant les 10 minutes qui précèdent l’heure du coucher. Dale Kurow, coach pour dirigeants basé à New York, affirme qu’il s’agit d’un excellent moyen de relaxer son corps et d’apaiser son esprit.

3. Réfléchir à la journée passée. Michael Kerr ajoute que les personnes performantes prennent le temps de réfléchir ou d’écrire trois choses qui se sont passées dans la journée et qu’ils ont aimé avant d’aller au lit. « Tenir un ‘journal de reconnaissance’ rappelle également les progrès effectués dans la journée dans tous les aspects de la vie, ce qui sert de clé pour rester motivé, particulièrement lorsqu’on doit faire face à une période de défis ».

Laura Vanderkam ajoute : « Prendre quelques instants pour penser à ce qui a bien marché au cours de la journée peut vous mettre de bonne humeur. »

4. Effectuer sa « liste de choses à faire ». « Pour beaucoup de personnes qui réussissent, il est crucial de se vider l’esprit pour avoir une bonne nuit de sommeil. Souvent, ils passeront du temps à écrire une liste de points à aborder le lendemain afin que ces pensées ne finissent pas par envahir leur esprit pendant la nuit », déclare Michael Kerr.

L’idée, c’est de vous sortir le travail de la tête avant de vous endormir

5. Se déconnecter du travail. Les personnes qui rencontrent vraiment le succès font tout sauf travailler juste avant d’aller au lit, ajoute Michael Kerr. Elles ne vérifient pas leur e-mail de manière obsessionnelle et elles n’essayent pas de s’attarder sur des questions professionnelles.

Michael Woodward approuve : « La dernière chose à faire est de s’allonger dans le lit et de penser à un e-mail de ce chef hyper jaloux que vous venez de lire qui passe son temps à poser des questions inattendues sur un simple coup de tête ». Accordez-vous une période tampon entre le moment où vous lisez votre dernier e-mail et celui où vous allez vous coucher. L’idée, c’est de vous sortir le travail de la tête avant de vous endormir.

6. Passer du temps en famille. Michael Woodward dit qu’il est important de passer du temps à discuter avec votre conjoint, vos enfants ou de jouer avec votre chien.

Laura Vanderkam déclare qu’il s’agit d’une pratique courante parmi les personnes qui réussissent le plus. « J’ai conscience que tout le monde ne peut pas aller au lit en même temps que son conjoint, mais si vous le pouvez, c’est une manière géniale de parler ensemble de vos journées respectives ».

7. Planifier le sommeil. « On a beaucoup écrit sur les dangers auxquels les personnes occupées font face avec des déficits chroniques de sommeil. Plusieurs personnes qui ont vraiment réussi et que je connais ont pour habitude de faire du sommeil une priorité, ce qui peut être un défi pour les accros du boulot ou les entrepreneurs », ajoute Michal Kerr. La manière de procéder est d’aller au lit à une heure constante chaque soir, ce qui est une habitude clé que tous les experts du sommeil recommandent afin de s’assurer une bonne nuit.

En outre, Laura Vanderkam suggère de planifier l’heure de réveil, de faire un compte à rebours du nombre d’heures de sommeil dont on a besoin et ensuite de mettre le réveil pour se rappeler que c’est l’heure d’aller se coucher. « La pire des choses à faire est de se coucher tard et, le matin, appuyer sur la touche ‘rappel dans 9 minutes’, assure-t-elle. La volonté humaine est limitée. Pourquoi la gâcher en palabres avec soi-même à propos du moment auquel il faut se lever et s’endormir, le tout par tranches de neuf pitoyables minutes ? ».

8. S’allonger sur une note positive. Rejouer des situations négatives est un piège dans lequel il est facile de tomber même si vous auriez aimé faire différemment. En dépit d’une mauvaise journée, les personnes qui réussissent normalement se débrouillent pour éviter la spirale pessimiste des pensées négatives parce qu’elles savent que cela aboutira à plus de stress. « Rappelez-vous qu’il faut prendre du temps pour réfléchir aux moments positifs de la journée et fêter les réussites, même s’il y en a eu peu, » ajoute Michael Woodward.

9. Imaginez le succès du lendemain. Beaucoup de professionnels à la carrière fructueuse prennent quelques minutes avant d’aller se coucher pour envisager une issue positive en déroulant les projets sur lesquels ils travaillent, affirme Lynn Taylor, une experte du monde du travail et auteur de « Tame Your Terrible Office Tyrant; How to Manage Childish Boss Behavior and Thrive in Your Job ». « Pour la plupart des gens, il ne s’agit pas d’une tâche ou d’un exercice. Ils possèdent une capacité naturelle de résolution à toute épreuve. »

Source :
Bien dormir, c’est le début du succès
9 Things Successful People Do Right Before Bed
TOUTES LES QUESTIONS POUR REUSSIR VOTRE BLOG PROFESSIONNEL

TOUTES LES QUESTIONS POUR REUSSIR VOTRE BLOG PROFESSIONNEL

Screen-door_effect

Tout ce que vous avez toujours rêvé savoir sur la réussite des blogs professionnels sans jamais avoir osé demandé.

Un article intéressant de Fabien, Co-fondateur de MaintPress qui vous livre les ficelles pour faire un bon blog d’entreprise.

A sa demande légitime, je vous laisse le lien et vous encourage à aller lire l’article original directement sur MaintPress.com.

Blog d’entreprise : La FAQ pour réussir votre blog professionnel

Source:
Blog d’entreprise : La FAQ pour réussir votre blog professionnel.
No One Is Going to Read Your Corporate Blog (Unless You Read This) de Neil Patel.
AUTO ENTREPRENEUR 2015 : RÉSUMÉ DÉTAILLÉ DES CHANGEMENTS

AUTO ENTREPRENEUR 2015 : RÉSUMÉ DÉTAILLÉ DES CHANGEMENTS

type-away2Jean-Phillipe de MyAe.fr a écrit un article pour résumer les changements majeurs en cette nouvelle année 2015 pour les auto entrepreneur, des informations importantes pour ce statut d’entrepreneurs.

Chaque début d’année implique de nouveaux changements pour le régime auto entrepreneur. Voici unrésumé de ce qui change en auto entreprise pour 2015, dont certaines obligations et évolutions sont déjà applicables depuis le 1er janvier 2015. Sans oublier ce qui a déjà changé fin 2014 !

Nouveaux taux de cotisations et taxes 2015 pour le régime auto entrepreneur

→ Taux de cotisations sociales

Commençons par la bonne nouvelle, les taux de cotisations sociales sont en baisse pour 2015. Les nouveaux taux de cotisations sociales en auto entrepreneur sur l’année 2015 pour le régime micro social simplifié sont de :

– 13,30% pour les activités d’achat et vente de marchandises
– 22,90% pour les prestations de services commerciales et artisanales (BIC)
– 22,90% pour les prestations de services (BNC) et activités libérales relevant du régime de retraite du RSI
– 22,90% pour les activités libérales relevant du régime de retraite de la CIPAV

ACCRE auto entrepreneur : A savoir que cette baisse se reporte aussi sur les auto entreprises bénéficiaires de l’ACCRE avec un taux réduit de 25% du taux normal sur la 1ère période, 50% pour la 2ème période et 75% pour la 3ème période.

→ Taxe pour frais de chambre consulaire

Auparavant exonéré l’auto entrepreneur doit à compter de 2015 régler la taxe pour frais de chambre consulaire. Cette taxe s’ajoute à la déclaration des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu selon un pourcentage du chiffre d’affaires (CA).

Pour un auto entrepreneur rattaché à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) :
– 0,044% du CA pour les activités de prestations de services
– 0,015% du CA pour les activités de vente de marchandises, restauration, hébergement

Cas particulier : Pour les artisans en double immatriculation (CCI-CMA) le pourcentage du chiffre d’affaires sera de 0,007% du CA.

Pour un auto entrepreneur rattaché à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) :
– 0,48% du CA pour les activités de prestations de services artisanales
– 0,22% du CA pour les activités d’achat revente par un artisan

Remarque sur la taxe pour frais de chambre consulaire : Certains taux sont différents pour les auto entrepreneurs rattachés à la CMA et situés en Alsace / Moselle.

→ Cotisation foncière des entreprises (CFE)

Le principe de l’exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) les 2 années qui suivent l’année de création de l’auto entreprise ne s’applique plus en 2015.

Pour 2015 tous les auto entrepreneurs sont donc redevables de la CFE, sauf ceux qui débutent leur activité en 2015. Car effectivement la règle de la première année est toujours valable : les auto entreprises sont exonérées de la cotisation foncière des entreprises uniquement l’année de création.

Autres changements pour l’année 2015 en auto entreprise

→ Pénalité pour non-déclaration du chiffre d’affaires

Dans le cas où l’auto entrepreneur ne déclare pas son chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trimestres il encourt alors une pénalité à payer. Pour l’année 2015, cette pénalité s’élève à 48€ pour chaque déclaration non-effectuée.

Ce montant est égal à 1,50% du plafond mensuel de la sécurité sociale (PASS mensuel) en vigueur arrondi à l’euro supérieur, équivalent à 3 170 euros en 2015.

Rappel de déclaration : TOUS les auto entrepreneurs ont l’obligation de déclarer leur chiffre d’affaires chaque mois ou chaque trimestre. Pour vous aider dans cette démarche le portail myAE vous propose l’abonnement PREMIUM comprenant l’assistance à la déclaration (rappel des dates de déclaration, montant à déclarer, simulation des cotisations à payer, …).

→ Validation des trimestres de retraite pour un auto entrepreneur

La validation d’un trimestre pour la retraite d’un auto entrepreneur se base sur un coefficient multiplicateur de 150 fois le Smic horaire. Depuis le 1er janvier 2015, le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) a été revalorisé de 0,8% ; soit un Smic horaire brut de 9,61 euros.

Selon l’activité de l’auto entreprise de nouveaux montants de chiffres d’affaires (CA) doivent donc être réalisés pour valider un trimestre de retraite en auto entrepreneur pour 2015.

→ Ouverture d’un compte bancaire pour l’activité d’auto entreprise

Fortement recommandé auparavant, afin de distinguer les opérations bancaires du compte personnel de celui de l’auto entreprise, il est maintenant obligatoire pour un auto entrepreneur d’ouvrir un compte bancaire dédié à son activité professionnelle en 2015.

Ce qui ne change pas en 2015 pour un auto entrepreneur

→ Plafond de chiffre d’affaires et seuil de tolérance pour une auto entreprise

Selon la loi de finances rectificative de 2013, il y a de nouveau un gel des plafonds de chiffre d’affaires pour trois ans. Les plafonds de chiffre d’affaires en auto entrepreneur et les seuils de tolérance en auto entreprise restent donc aussi inchangés pour l’année 2015.

Soit, pour une activité de prestation de services (plafond de CA de 32 900 euros et seuil de tolérance de 34 900 euros) et pour une activité d’achat / vente de marchandises (plafond de CA de 82 200 euros et seuil de tolérance de 90 300 euros).

Rappel de certaines obligations déjà applicables depuis 2014

→ Déclaration du chiffre d’affaires en ligne

Depuis le 1er octobre 2014, toutes les auto entreprises ayant un chiffre d’affaires de l’année précédente supérieur à 50% des seuils du régime auto entrepreneur sont obligées de réaliser leur déclaration en ligne, de manière dématérialisée sur internet (et non plus sur papier).

Le non-respect de cette obligation entraine des pénalités supplémentaires dont une majoration égale à 0,2% du chiffre d’affaires déclaré.

Remarque : Le portail myAE propose dans son logiciel de facturation auto entrepreneur un module d’aide à la déclaration du chiffre d’affaires en ligne.

→ Immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) et au répertoire des métiers (RM)

Depuis le 19 décembre 2014, un auto entrepreneur exerçant une activité commerciale est dans l’obligation de s’immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS).

Il en est de même pour un auto entrepreneur exerçant à titre principal ou complémentaire une activité artisanale. Il doit obligatoirement être immatriculé au répertoire des métiers (RM).

Par cette immatriculation l’auto entrepreneur est alors inscrit au Registre National des Entreprises (RNE) de l’INSEE. Il se verra remettre quelques jours après un numéro Siren (numéro d’identification de l’entreprise) et un code APE (activité principale de l’entreprise).

→ Stage de préparation à l’installation (SPI) pour un auto entrepreneur artisan

Depuis le 20 juin 2014, un auto entrepreneur qui se lance dans une activité artisanale doit suivre le stage de préparation à l’installation (SPI).

Pour connaitre le montant et le déroulé de cette formation, l’auto entrepreneur peut contacter directement sa Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA).

→ Assurance décennale pour un auto entrepreneur artisan

Depuis le 20 juin 2014, les auto entrepreneurs pour lesquels une assurance professionnelle est obligatoire, dont l’assurance décennale pour les activités du bâtiment, doivent obligatoirement mentionner sur leur devis auto entrepreneur et leur facture auto entrepreneur les informations suivantes : l’assurance souscrite au titre de leur activité, les coordonnées de l’assureur ou du garant, la couverture géographique du contrat ou de la garantie.

Pour connaitre les prix des assurances décennales en auto entreprise, ou celle de l’ARCP auto entrepreneur (Assurance à Responsabilité Civile Professionnelle) vous pouvez dès maintenant utiliser le comparateur d’assurance gratuit de notre partenaire.

→ Contribution formation professionnelle (CFP)

Depuis le 20 juin 2014, l’accès à la formation professionnelle est autorisé seulement aux auto entrepreneurs qui versent la Contribution à la Formation Professionnelle (CFP).

Dans le cas des auto entrepreneurs n’ayant pas déclaré de chiffre d’affaires pendant 12 mois consécutifs, ils ne peuvent plus maintenant bénéficier du droit à la formation professionnelle.

Sources :
Auto Entrepreneur 2015 : Résumé détaillé des changements pour 2015.
http://www.apce.com
http://www.service-public.fr
http://www.federation-auto-entrepreneur.fr
http://business.lesechos.fr
http://lentreprise.lexpress.fr
MANAGEZ GRÂCE AU STORYTELLING ET RÉVELEZ LE HÉROS QUI EST EN VOUS

MANAGEZ GRÂCE AU STORYTELLING ET RÉVELEZ LE HÉROS QUI EST EN VOUS

superheroCharlotte Arce a écrit pour Terrafemina un très bon article sur le développement professionnel, relayé par Huffingtonpost.fr, à lire et à méditer.

VIE DE BUREAU – Oubliez les techniques de développement professionnel traditionnelles. Pour reprendre les rênes de votre leadership personnel et (enfin!) devenir le héros de votre vie professionnelle, si vous testiez le storytelling? Inspirée des procédés utilisés par les scénaristes de séries TV, et développée par la coach Yaël Gabison, cette méthode révolutionne notre manière de manager et nous aide à réussir nos présentations professionnelles.
Vous avez du mal à vous affirmer devant un auditoire ou à passionner votre public lorsque vous devez faire une présentation? Et si vous zappiez les méthodes de communication traditionnelles pour vous mettre dans la peau d’un conteur d’histoires, de votre histoire? C’est ce que propose Yaël Gabison. Fondatrice du cabinet de conseil en leadership Smartside, elle a mis au point une technique de communication en entreprise empruntée aux romanciers, aux auteurs de cinéma et de théâtre et aux scénaristes de série qui permet de devenir le héros de sa vie professionnelle. Son nom? Le storytelling.

Le storytelling, qu’est-ce que c’est ?

« Le storytelling, c’est l’art de raconter des histoires, nous explique Yaël Gabison. C’est l’art de l’écriture, du récit, que l’on retrouve depuis les premiers temps avec la Bible jusqu’à nos jours, avec les discours politiques. »

Là où le storytelling diffère des méthodes de communication traditionnelles, c’est qu’elle allie le sens et l’émotion. « L’univers professionnel se doit d’être totalement déconnecté des émotions, souligne Yaël Gabison. C’est d’ailleurs ce qui me frappe dans le monde de l’entreprise on nous parle sans cesse de techniques de développement personnel et professionnel, qui utilisent tout un tas de mots compliqués, mais dans le fond, ce sont des techniques qui continuent de séparer le monde de la raison de celui des émotions. » La preuve en réunion ou en présentation: rares sont les intervenants qui se risquent à partager leur propre expérience, leur vécu avec l’auditoire, et nombreux sont ceux qui se contentent d’énumérer les chiffres de l’année écoulée… au risque de rendre leur intervention plate et soporifique.

Le storytelling « permet d’incarner, de personnaliser, de matérialiser des sentiments, de donner de la vie dans un récit d’entreprise, souvent froid et sans aucune émotion », explique Yaël Gabison. « Quand on touche les gens avec l’émotion, on fait passer ses idées deux fois plus rapidement. »

Devenez le héros de votre vie professionnelle

Mais comment se servir du storytelling lors de présentations et booster sa carrière professionnelle? Pour Yaël Gabison, il faut d’abord ne pas avoir peur de se mettre dans la peau de l’héroïne, de prendre en main sa vie professionnelle et d’arrêter de la subir. « Travailler sur un récit, c’est travailler sur une transformation, celle du héros. Or, le héros, ce doit être nous. On vit une aventure pour qu’elle nous transforme, qu’elle nous confronte à des défis moraux qui impactent notre vie personnelle et professionnelle. On monte en compétences, et en même temps, on s’enrichit. »

Il ne faut alors pas hésiter à prendre exemple sur les scénaristes de séries TV ou du cinéma pour enrichir sa propre histoire. « Comme pour Breaking Bad ou Desperate Housewives, il faut travailler sur un pitch. C’est la colonne vertébrale de votre histoire, de votre présentation, et votre garantie de raconter une seule et même histoire tout au long de votre présentation. »

Un exemple? « Si vous devez écrire un pitch pour présenter la nouvelle stratégie commerciale d’un produit qui permettra d’augmenter les ventes de la marque », explique Yaël Gabison, le pitch serait: « Je propose de mettre en place un nouveau système de motivation collective afin que toute l’équipe soit solidaire et puisse s’entraider à atteindre l’objectif de + 9% fixé pour l’année prochaine. »

« Une fois que l’on a le pitch de sa présentation, il faut travailler sur le process narratif de transformation, comme un scénariste : déterminer la situation initiale, le previously qui contextualise, l’élément perturbateur, les péripéties, et enfin le dénouement. »

Source :
Cet article, précédemment publié sur le site Terrafemina, rapporte les propos de Yaël Gabison dans son livre, Boostez vos présentations avec le storytelling (Éd. Eyrolles).
Booster sa carrière: Managez grâce au storytelling et révélez le héros qui est en vous.
LE GOUVERNEMENT VEUT-IL TUER LE RÉGIME AUTOENTREPRENEUR ?

LE GOUVERNEMENT VEUT-IL TUER LE RÉGIME AUTOENTREPRENEUR ?

AutoDans l’Autoentreprenariat, il y a certes des dérives, mais il y a surtout des idées et des services qui n’auraient pas pu voir le jour sans cela et sans doute moins de travail au noir. Il serait plus judicieux de cadrer les dérives que de tuer les poussins dans l’œuf.
Un article publié dans Le Plus par Frederic LOSSIGNOL, Fondateur du Mouvement des Poussins

LE PLUS. Selon une étude réalisée par OpinionWay, un auto-entrepreneur sur quatre créerait de l’emploi. Et pourtant, le gouvernement ne semble pas vouloir apporter son soutien à ce statut créé en 2008. Frédéric Lossignol, co-fondateur du mouvement des Poussins, s’insurge contre ces trop nombreux obstacles.

Le gouvernement veut-il tuer le régime auto-entrepreneur ? C’est en ces termes que la question est posée tant l’attaque contre les auto-entrepreneurs est frontale, brutale et fait courir un risque majeur d’arrêt pur et simple d’activité pour des centaines de milliers d’entre eux.
Sur près d’un million d’auto-entrepreneurs, nombreux sont ceux qui pourraient stopper leur activité d’ici la fin 2014 et 2015. Dans le même temps, un ralentissement très net des inscriptions interviendra de façon quasi-certaine.
L’arrêt massif d’activités « déclarées » pourrait également être la cause d’une explosion du travail informel, alors que le régime auto-entrepreneur avait contribué en grande partie à réduire le phénomène.

Pour une contribution proportionnelle

Les auto-entrepreneurs et les petits entrepreneurs demandent une chose simple et applicable : une contribution foncière des entreprises (CFE) proportionnelle à leur chiffre d’affaires, et non pas arbitraire et forfaitaire.
Ils se sont donc mobilisés autour d’une pétition qui a réuni à ce jour plus de 60.000 signatures. Cette mobilisation a également emporté l’adhésion de nombreux élus et parlementaires pour une CFE proportionnelle.
Mais le gouvernement ne veut rien entendre et la contribution foncière des entreprises (CFE) est dès maintenant appliquée aux auto-entrepreneurs de manière forfaitaire.
En effet, jeudi 13 novembre 2014, le secrétaire d’État au Budget Christian Eckert a donné un avis défavorable à l’amendement au projet de loi de Finance, au nom du gouvernement.

« C’est bon, j’arrête ! »

Environ 500.000 auto-entrepreneurs qui réalisent un chiffre d’affaires modeste (soit la moitié d’entre-eux) se voient alors frappés d’une taxe injuste qui, cumulée à leurs charges, les touche à hauteur de 50%, 70% voire 100% de leurs petits revenus complémentaires.
D’après les centaines de témoignages que nous recevons, ce contexte provoque des radiations volontaires et des arrêts d’activités. Ainsi nous pouvons lire sur la page Facebook du Mouvement des Poussins :
« C’est bon là, j’arrête ! Je viens de tomber en panne de machine, alors c’est machine ou CFE… marre de me faire plumer pour 500 euros par mois de chiffre d’affaires. C’est bête à dire mais je vais m’inscrire au chômage, je peux y prétendre car j’ai une activité à temps partiel. Ça me fait mal de rentrer dans ce système d’assistanat, mais actuellement c’est le seul en plein essor (ironie bien sûr)… À 58 ans je baisse les bras. »
Ou encore :
« Un chiffre d’affaires 2014 de 1.600€ , moins 25% etc. de charges, moins 350€ CFE (taux local) – ce n’est plus la peine de travailler. Pourtant, c’est une prestation facturée à l’étranger, et un plus sur ma retraite. Je regrette beaucoup. »
Cette situation est évidemment absurde, totalement injuste et intenable économiquement.

Un enthousiasme diminué

Le régime auto-entrepreneur est né d’une idée simple, claire et juste pour les petits entrepreneurs : payer des charges et taxes proportionnellement au chiffre d’affaire réel. C’était en quelque sorte la démocratisation de l’entrepreneuriat en France.
Mais aujourd’hui, son principe fondateur est totalement remis en question par le gouvernement actuel, malgré les déclarations successives de Manuel Valls en faveur des entreprises, et en dépit d’une parole présidentielle qui promettait la justice fiscale.
Désormais, avec une contribution foncière des entreprises (CFE) forfaitaire, chaque auto-entrepreneur doit savoir qu’il aura, une fois la courte période d’exonération levée, plusieurs centaines d’euros à payer même si son activité ne décolle pas.
De quoi affaiblir l’enthousiasme pour ce régime.

Le régime va vers une mort progressive

Les plus petits des entrepreneurs seraient-ils les « oubliés » de la justice fiscale  ?
Est-il socialement juste, humainement éthique, économiquement acceptable pour la France de perdre du jour au lendemain des centaines de milliers d’auto-entrepreneurs, tout en abaissant un peu plus le moral de personnes qui essayent de s’en sortir par le travail.
Si oui, le message sera clair : la contribution foncière des entreprises au mode de calcul forfaitaire sera clairement une façon habile et détournée d’amener le régime à une mort progressive, en le rendant inintéressant pour beaucoup.
Ne nous a-t-on pas expliqué que le statut d’auto-entrepreneur, c’était de « payer des charges en fonction de notre chiffre d’affaire » ? Avec cette fin de non-recevoir du gouvernement, cette promesse de base pour laquelle près d’un million de personnes sont devenues auto-entrepreneurs est rompue.
Le Mouvement des Poussins en appelle aux élus de tous bords politiques, à leur responsabilité.

Signez la pétition par ici : defensepoussins.fr/petition

Sources :
Le Gouvernement veut-il tuer le régime Autoentrepreneur ? – le Plus.